Prévention et lutte contre l’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 – Passage en risque élevé

La situation épidémiologique vis-à-vis de l’Influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) est préoccupante :

  • depuis le début du mois d’août, 130 cas ou foyers ont été détectés dans la faune sauvage et autres oiseaux captifs en Europe, dont 3 foyers dans des élevages allemands ;
  • la claustration des élevages professionnels a été décidée aux Pays-Bas à la suite de la détection d’un foyer dans un élevage de poules pondeuses ;
  • en Italie, six foyers ont été détectés dans des élevages de dindes de chair depuis le 19 octobre.

Dans ce contexte, et à l’approche de la période migratoire à risque, la France est en situation de forte vigilance avec 3 basses-cours contaminées dans les départements des Ardennes et de l’Aisne.
Une première élévation du niveau de risque est intervenue le 10 septembre dernier conduisant à la mise en place d’un ensemble de mesures renforcées de biosécurité dans les communes classées à risque particulier (zones humides pouvant accueillir des oiseaux migrateurs).

L’accélération de l’épizootie en Europe a amené Monsieur Julien DENORMANDIE, le Ministre de I’ Agriculture et de I’ Alimentation, à prendre un arrêté relevant le niveau de risque à « Elevé ».

Cette élévation du niveau de risque implique un renforcement des mesures de prévention à appliquer par les détenteurs de volailles et autres oiseaux captifs sur l’ensemble du territoire métropolitain :

  • mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et claustration ou mise sous filet des basses-cours ;
  • interdiction de l’organisation de rassemblements d’oiseaux (sauf dérogations);
  • conditions renforcées pour le transport, l’introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France jusqu’au 31 mars;
  • vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet ;
  • surveillance clinique quotidienne dans tous les élevages.

Les éleveurs « non-commerciaux » de volailles doivent se faire connaître à la mairie.

La surveillance de la mortalité des oiseaux sauvages est assurée par l’OFB (Tél: 06 27 02 52 74 ou 02 99 4115 99).

La mise en application de ces mesures est essentielle pour éviter l’installation de ce virus sur notre territoire et protéger les élevages contre le risque qu’il représente.